Découvrez ici un ensemble d’informations à l’attention des professionnels de la santé, des décideurs politiques et des parents, afin d’avoir un regard lucide, factuel et éclairé concernant la vaccination des enfants contre le COVID-19

VIDÉOS EXPLICATIVES

Il est temps d’arrêter les injections

Excellente vidéo du CCCA qui résume en 15 minutes tous les enjeux liés à la vaccination. Avant de permettre à votre petit enfant de recevoir une injection de COVID-19, arrêtez-vous et faites des recherches. Vous leur devez de vous assurer que vous ne les exposez pas à un risque inacceptable, pour peu ou pas d’avantages.

https://rumble.com/embed/v1deaa7/?pub=vc97t

Robert Béliveau se prononce sur la vaccination des enfants

Une vidéo de Robert Béliveau médecin retraité et porte-parole de Réinfo Covid Québec sur la vaccination des enfants. Il pose trois questions :
– Est-ce nécessaire ?
– Est-ce efficace ?
– Est-ce sécuritaire ?
Un 15 minutes bien investi pour comprendre les enjeux de la vaccination des enfants.

COVID-19 Overview: Past, Present and Future with Dr Shankara Chetty

Dr Shankara Chetty (Afrique du sud), vice-président de la « Doctors Federation for the World » et sa stratégie de médication sur 8 jours a protégé la vie de 10 000 patients, zéro décès. L’importance des traitements dans la prise en charge des variants BA.4 et BA.5.

https://www.youtube.com/watch?v=lARNa-tGnLQ

Événements indésirables liés aux vaccins chez les enfants de 5 à 11 ans – Dr John Campbell

John Campbell : Une analyse du bénéfice/risque concernant la vaccination des enfants. Effets secondaires versus la diminution du risque d’hospitalisation.

https://odysee.com/$/download/Événements-indésirables-liés-aux-vaccins-chez-les-enfants-de-5-à-11-ans

Dr Malone dénonce l’injection pour les enfants

Dr Robert Malone, inventeur de la technologie ARNm: Pourquoi ne pas faire vacciner les enfants? Décision irréversible alors que l’analyse risques/bénéfices n’est pas favorable aux vaccins.

https://rumble.com/vrcut5-dr-malone-dnonce-linjection-pour-les-enfants.html?fbclid=IwAR2zMmAPRiu-3blkV4crEH2QwNeUxbM2nMvc_hQHlQTp2TF68aWwUxj1RrQ

Vaccins covid, danger sur les enfants

Vivre sainement : Réinfection et dose de rappel, les pays les plus vaccinés sont les pays les plus touchés par la réinfection. La critique du Dre Clare Craig sur l’essai Pfizer pour les enfants de 6 mois à 4 ans. Dr Ryan Cole « Pourquoi donner une injection expérimentale pour les enfants qui ne sont pas à risque », et plusieurs autres dont Dr Didier Raoult, Dr Peter.McCullough et Dr Robert Malone. Femmes enceintes, vaccination COVID-19 et cycle menstruel.

https://odysee.com/@Vivresainement:f/danger-sur-les-enfants:3

ARTICLES SUR LE SUJET

Vaccination contre la COVID-19 des enfants de 6 mois à 4 ans : ce qu’il faut savoir

Le gouvernement du Québec vient d’autoriser la vaccination contre la COVID-19 des enfants de 6 mois à 4 ans. À la stupéfaction des médias, un sondage réalisé par l’INSPQ (Institut national de santé publique du Québec) montre que « seuls 41 % des parents ont l’intention de faire vacciner leurs jeunes enfants contre la maladie ».

Lire l’article

Les vaccins à ARNm Covid sont-ils sûrs ?

Bromwnstone Institute : Analyse de Martin Kulldorff sur l’étude « Effets secondaires graves d’intérêt particulier à la suite de la vaccination à ARNm dans les essais randomisés » citée ci-haut.

Lire l’article

Pourquoi la ruée vers les vaccins pour les tout-petits ?

Voir cet excellent article d’Allysia Finley, membre du comité de rédaction du Wall Street Journal suite à la déclaration du président Biden et de la Food and Drug Administration (FDA) d’autoriser les vaccins Pfizer et Moderna pour les tout-petits.

The Data Are In: Objective Scientists Were Right All Along

Présentation (diapositives) du Dr. Peter McCollough au Michigan Health Summit. Quelle est l’efficacité négative d’un vaccin, et la différence entre l’efficacité potentielle et l’efficacité vaccinale. Nouveau produit biologique-Examen de l’innocuité du vaccin contre la COVID-19-Efficacité réelle du vaccin COVID-19-Traitement précoce pour la COVID-19-Immunité naturelle-Liberté menacée-Censure du discours scientifique-Conclusion

Lire l’article

Thousands report unusual menstruation patterns after COVID-19 vaccination

Anomalies du cycle menstruel: L’enquête vise à documenter les saignements inhabituels et les périodes plus lourdes que d’habitude suivant la vaccination.

Lire l’article

La Suède suspend le vaccin Moderna pour les moins de 30 ans

Vaccin Moderna suspendu par plusieurs pays dont la Suède pour les moins de 30 ans, et qui sera administré aux 6 mois-5 ans.

Lire l’article

Vaccination contre la COVID-19 chez les enfants âgés de 6 mois à 4 ans au Québec

INSPQ juillet 2022 : « L’utilité de la vaccination contre la COVID-19 chez les 6 mois à 4 ans en bonne santé apparaît limitée compte tenu du faible risque de complications de la COVID-19 chez les enfants âgés de 6 mois à 4 ans. Dans ce contexte, la décision des parents de ne pas faire vacciner leur jeune enfant est jugée acceptable ». Voir p.25

Lire l’article

Vaccins anti-Covid : alerte rouge !

Le Dr Paul Alexander, épidémiologiste et chercheur : Les injections anti-Covid peuvent endommager le système immunitaire inné des jeunes enfants :  

Lire l’article

 

« Le vaccin favorise la Covid sévère et multiple » chez les enfants

Un rapport Pfizeret Moderna écrit que ces vaccins ne sont pas efficaces et qu’ils sont même toxiques pour les enfants!

Pharmacien biologiste, ancien chercheur INSERM, membre du Conseil scientifique indépendant (CSI) Hélène Banoun explique ici pourquoi : 

Lire l’article

 

Anne-Marie Yim : « Les gouvernements font la guerre à leurs populations »

Anne-Marie Yim sur les vaccins anti-covid pour les enfants et les irrégularités de l’essai Pfizer :

Ses qualifications si jamais: ·      Titulaire d’un Doctorat en Chimie Organique. Chercheur à l’Université du Michigan aux Etats-Unis, elle a une expertise en cancérologie et notamment en Protéomiques, elle a obtenu un Prix en tant que chercheur en 2001 pour ses travaux sur l’identification des protéines membranaires décerné par la cellule de valorisation et de transfert des technologies (Office of Technology Transfer/Université du Michigan) qui a donné lieu à des dépôts de brevets.

Lire l’article

 

VISUELS DESTINÉS AUX RÉSEAUX SOCIAUX

 

QUESTIONS À POSER À VOTRE MÉDECIN

Questions au sujet des vaccins contre la covid (injections-ARN)

1- Dans quelles cellules les messagers-ARN du « vaccin » vont-ils pénétrer pour aller donner la commande aux cellules humaines de produire des protéines spike virales? Est-ce que ces messagers-ARN entrent dans les cellules myocardiques, dans les cellules endothéliales, dans les cellules, neurologiques et/ou dans d’autres cellules de notre corps? Est-ce que les endroits où ils entrent expliquent les symptômes secondaires au vaccin? Est-ce que ces messagers-ARN entrent aussi dans les cellules immunitaires?

2- Pour qu’une réponse immunitaire se construise, les cellules immunitaires (globules blancs) qui circulent dans le sang et dans le liquide interstitiel entre les cellules doivent rencontrer les protéines spike produites à l’intérieur des cellules. Comment la rencontre est-elle possible, comment les cellules immunitaires vont-elles rencontrer ces protéines? Où vont les protéines spike fabriquées dans les cellules à partir des messagers-ARN du vaccin? Est-ce que les protéines spike vont aller se placer dans la membrane de la cellule humaine qui aura produit ces protéines (comme elles l’auraient fait dans le virus) et si c’est le cas, est-ce que ça veut dire que la cellule humaine risque d’être détruite par le système immunitaire qui considérera ces protéines comme étant étrangères au corps? Si le système immunitaire se met à attaquer les cellules humaines portant désormais des protéines spike sur leur membrane, est-ce que ça peut favoriser le développement d’une maladie auto-immune? Est-ce que les protéines spikes vont être rejetées dans le sang provoquant alors la rencontre avec le système immunitaire? Est-ce que les protéines spike vont se retrouver dans le sang à la mort de la cellule? Est-il vrai que les protéines spike sont elles-mêmes toxiques (même sans la présence du virus) et que si elles se retrouvent dans le sang, elles causent des dommages aux vaisseaux sanguins et aux organes où passent les vaisseaux sanguins affectés? Et qu’en est-il de tous les autres produits qui sont injectés dans le corps avec les messagers-ARN comme les phospholipides et l’hydroxyde de graphène, peuvent-ils nuire à l’organisme? Peuvent-ils se retrouver dans le système nerveux central?

3- Est-ce que le système immunitaire va accepter les protéines spike comme si elles faisaient désormais partie du corps puisqu’elles auront été produites par le corps? Si c’est le cas, est-ce que cela pourrait faciliter une infection au vrai coronavirus lors d’une rencontre ultérieure?

4- Comment l’arrêt de production de protéines spike à partir d’un messager-ARN est-il régulé? Est-ce qu’un messager-ARN ne donne qu’une protéine spike? Est-ce que le système de certaines personnes peut s’emballer et produire une quantité extrêmement grande de protéines spike? Est-ce que cela pourrait favoriser le développement d’une maladie auto-immune?

5- Quel est le bénéfice de donner de nouvelles injections d’un traitement qui a été conçu à partir du virus avant mutation? Lorsqu’une première ou une seconde injection n’a pas fonctionné, comment une 3e dose d’un même produit conçu à partir de la première version du virus pourrait-elle être efficace?
Comment peut-on prouver que les injections-ARN diminuent le risque de développer une forme grave de la maladie, ne faudrait-il pas comparer une grande quantité de jumeaux identiques où les jumeaux de chaque couple auraient les mêmes conditions de santé et seraient exposés à la même quantité virale sur une période de temps identique?

6- Comment peut-on espérer, par injection-ARN ou par exposition naturelle, développer une immunité collective à un virus qui mute constamment? Ne devons-nous pas simplement continuer à vivre avec ce virus qui risque, comme l’influenza, d’accompagner les personnes les plus vulnérables présentant de nombreuses comorbidités et/ou des personnes très âgées déjà en fin de vie en accélérant leur mort? N’était-ce pas un processus naturel qui existait déjà auparavant, les personnes en fin de vie étant fréquemment emportées par une infection virale ou bactérienne?

7- Comment peut-on affirmer que les injections-ARN sont sécuritaires pour les enfants alors que ce traitement est encore à l’étape expérimentale et que des enfants le reçoivent depuis moins d’un an (court terme)? Comment peut-on être certain que les enfants et les adultes ne développeront pas, à moyen ou à long terme, des problèmes de fertilité, des maladies auto-immunes, des maladies neurodégénératives ou d’autres pathologies?

8- Le principe de précaution n’aurait-il pas dû s’appliquer, au moins pour les enfants et les femmes enceintes? Combien d’injections ARN un enfant recevra-t-il entre ses 6 premiers mois de vie et l’âge adulte? Peut-on affirmer avec certitude que les 42 injections ARN désormais recommandées pendant l’enfance et l’adolescence (1 dose à tous les 5 mois, ça donne 42 injections entre l’âge de 6 mois et 18 ans) sont, de façon absolument certaine, inoffensives? Ces injections sont-elles nécessaires et efficaces étant donné que les enfants sont peu vulnérables à la covid et que les vaccinés peuvent aussi transmettre le virus? Et combien d’injections-ARN une personne recevra-t-elle entre ses 6 mois de vie et ses 70 ans, âge auquel une personne devient possiblement plus vulnérable à la covid surtout si elle a développé plus d’une comorbidité? Ces 166 injections ARN avant l’âge de 70 ans seront-elles vraiment sans effets secondaires cumulatifs?

ÉTUDES SCIENTIFIQUES

Serious Adverse Events of Special Interest Following mRNA Vaccination in Randomized Trials

Ratio risques/bénéfices des vaccins à ARNm basé sur la littérature scientifique : Les vaccins à ARNm Covid sont-ils sûrs ? Effets secondaires graves d’intérêt particulier à la suite de la vaccination à ARNm dans les essais randomisés

« L’excès de risque d’événements indésirables graves révélé dans notre étude souligne la nécessité d’analyses formelles des inconvénients et des avantages, en particulier celles qui sont stratifiées en fonction du risque de conséquences graves de la COVID-19 telles que l’hospitalisation ou le décès. »

https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=4125239

 

Antibody evasion by SARS-CoV-2 Omicron subvariants BA.2.12.1, BA.4, & BA.5

Revue Nature : La vague Omicron et particulièrement avec les variants BA.4 et BA.5 qui dominent dans le monde en ce moment font exploser le nombre des infections. La proportion des gens infectés, malades ou qui meurent de la Covid est plus élevée chez les triples/quadruples vaccinés que chez les non-vaccinés.

https://www.nature.com/articles/s41586-022-05053-w_reference.pdf

SARS-CoV-2 S1 Protein Persistence in SARS-CoV-2 Negative Post-Vaccination Individuals with Long COVID/ PASC-Like Symptoms

Selon cette étude menée par des chercheurs américains, la protéine spike de la vaccination Covid peut persister dans les tissus et les cellules immunitaires d’une personne pendant des mois après la vaccination et est associée à une inflammation continue du système immunitaire et à de graves symptômes.

https://www.researchsquare.com/article/rs-1844677/v1

 


ASPECTS JURIDIQUES

Gain de cause pour une mère qui refuse le vaccin contre la COVID-19 pour ses enfants

Un juge ontarien a rejeté la requête d’un père visant à faire vacciner ses deux jeunes enfants – âgés de 12 et 10 ans – malgré les objections de leur mère et des enfants eux-mêmes. Cette décision se démarque de cas antérieurs au Canada qui allaient dans le sens de la vaccination.

Lire l’article –  Lire le procès

Historic Decision Against Mandatory Vaccination by Italian Court

La cour italienne : Un juge a pour la première fois rejeté les mandats vaccinaux autant sur la base scientifique que légale.

Lire l’article

Vaccination des enfants : sommes-nous toujours dans un État de droit?

Voir ici la plaidoirie de Maître Myriam Bohémier, avocate de la mère, qui refuse l’injection de ses enfants, contrairement à son ex-conjoint qui y est favorable. Cette plaidoirie a été présentée le 25 juillet devant la Cour d’appel du Québec.

Lire l’article

La Main des Enfants est un organisme sans
but lucratif constitué afin de défendre les
droits des enfants relativement à leur
santé.La Main des Enfants

Note concernant cette page : Ce contenu a été colligé avec l’aide du comité scientifique et médical de Réinfo Covid Québec en fonction de la qualité des articles ou de ses auteurs. Nous sommes toutefois conscient qu’il peut se glisser des informations incomplètes, sujettes à validation, parfois controversées. Nous invitons donc le lecteur à user de son propre discernement et à faire ses propres recherches.

 

DERNIERS ARTICLES

 

Revue de presse de la semaine du 5 décembre

Revue de presse de la semaine du 5 décembre

Réinfo Covid Québec a décidé de publier chaque semaine une revue de presse de la COVID-19. Elle rapporte différentes nouvelles peu ou pas traitées par les médias et permet donc de se forger une opinion différente de la crise sanitaire et démocratique que nous vivons....

Sous-estimation inquiétante des risques des injections ARNm

Sous-estimation inquiétante des risques des injections ARNm

Voici le résumé d'un article scientifique publié en prépublication dans la revue Research Square et coécrit par Patrick Provost, professeur en microbiologie de l'Université Laval et membre de Réinfo Covid Québec, et Hélène Banoun, membre de Réinfo Covid France. Il...

Revue de presse de la semaine du 28 novembre

Revue de presse de la semaine du 28 novembre

Réinfo Covid Québec a décidé de publier chaque semaine une revue de presse de la COVID-19. Elle rapporte différentes nouvelles peu ou pas traitées par les médias et permet donc de se forger une opinion différente de la crise sanitaire et démocratique que nous vivons....